Freemoos : le concept store dédié aux mobilités urbaines
Dossiers > Infrastructures cyclables

Velib, Vélos en libre-service à Paris


Le 15 juillet 2007 sera t'il une date mémorable dans l'esprit des parisiens ? 

Bertrand Delonoë, maire de Paris, a inauguré Velib, le système de vélos en libre-service dans la capitale.

Longuement préparée, cette inauguration fut un succès, malgré quelques couacs techniques: En 4 heures, ce sont 15.000 vélos qui ont circulé !

Mettre des vélos en libre-service n'est pas une nouveauté en France. En effet, c'est à Rennes que la société Adsel, alors concurrente de Decaux, dans les années 90 mis en service quelques centaines de velos. Adshel (ou Adsel) est aujourd'hui racheté par Clear Chanel.

Depuis, on avait vu des systemes similaires de location gratuite proposés à la Rochelle, Lyon (j'en oublie, qu'ils me pardonnent).

Des chiffres

750 stations reparties sur tous les arrondissements (1451 pour decembre);
10.6480 velos, repartis entre ces stations (puis 20.600 en decembre);

Avec 1451 stations, il y aura 5 fois plus de stations Velib que de station de métro (298, incluant les stations de banlieue)

Des couts

Le financement de cette opération: en contrepartie de 1600 panneaux publicitaires. La mairie récupère l'argent des locations et abonnements, et reversera une partie des bénéfices si le système et ses vélos fonctionnent bien.
 
Pour pouvoir emprunter un Velib', 3 formules sont possibles:


  • carte Velib 1jour (1€)

  • carte Velib 1 semaine (5€)

  • carte Velib 1 an (29€)
L'abonnement Velib' donne droit à un nombre illimité d'emprunts de vélo. Une caution de 150 euros est demandée.

Cependant, il faut preciser que seule la premiere demi-heure est gratuite, la suivantes étant facturées. Par exemple, si vous empruntez le vélo :


  • jusqu'à 30 minutes: il ne vous en coutera rien   (1ere 1/2 heure: gratuite)

  • jusqu'à 60 minutes maxi, il vous en coutera 1 euro; (2ème 1/2 heure à 1€)

  • jusqu'à 90 minutes maxi, il vous en coutera 3 euros; (3eme 1/2 heure à 2€)

  • jusqu'à 120 minutes maxi, il vous en coutera 7 euros; (4eme 1/2 heure et suivantes à 4€)...

Fonctionnement

Vu les couts, une fois la demie-heure gratuite passée, on comprendra pourquoi certains feront un arret "remise à zéro" dans les points d'emprunt toutes les 1/2 heures.
On peut ainsi emprunter le velib' jusqu'à 24 heures (ce qui vous coutera 95 euros ! )
Mais il faut préalablement créditer votre carte Velib, par carte bancaire aux bornes.

Un site : www.velib.paris.fr/

Dysfonctionnements

Dans les premiers jours, les Velib ont rencontré un très grand succes, avec une moyenne de 12 trajets par velo par jour. Cela n'est pas allé sans quelques couacs; des problèmes informatiques signalant, à tort, des vélos non attachés, considérés alors comme volés, donc caution encaissée.
Environ 5% des points d'attache ont présenté un probleme informatique. Cependant, les personnes lésées de leur caution seront remboursées.
Les plus grands problemes ont étés des stations saturées, obligeant les Velibiens à prolonger leur parcours pour trouver une place libre, ou, au contraire, des stations vides, avec la même conséquence: trouver une autre station.

et malfaisances...

les Velib' ont subi, durant leur premier mois d'existance, pas moins de 100 vols (soit 0,6% du parc, ou 8% en projetant sur 1 an), et 200 ont été détruits.
L'atelier vélo de Decaux doit faire face à 120 réparations quotidiennes, parfois lourdes (roues brisées, voilées, jantes pliées...).
A Rennes, ces phénomènes sont rares avec les vélos Adsel. Puisque les emprunteurs doivent s'identifier pour emprunter un Vélib', pourquoi leur caution n'est-elle débitée si le vélib' est abimé ?

D'autre part, à l'intention des mal-intentionnés, ces vélos sont étudiés pour faire face au vol: Tout d'abord, un Vélib' est facilement identifiable, par sa forme particuliere, donc inutilisable et invendable, même repeint. Ensuite, ses composants et accessoires sont peu standard et donc peu interessants dans l'optique d'être remontés sur un vélo classique. Enfin, pour éviter le démontage en station, une visserie spécifique protège les accessoires.

Bilan au bout de un mois

On peut parler de succès. 1.500.000 locations en un mois d'exploitation ! 50.000 abonnés longue durée. 160.000 km parcourus chaque jour. C'est un succès, incontestable. Effet d'annonce, période estivale propice, tourisme ?
Le phénomène semble aller au dela de ça, certains parisiens remettant en cause leurs habitudes de transport au point de se séparer de leur voiture. Les loueurs de vélo ont constaté une baisse de 20% de leurs locations, les taxis ont ressenti egalement une baisse de fréquentation.


L'avis de Cyclurba

Rennais, je comprends peu l'interet du systeme de prêt de vélo dans ma ville, chacun pouvant acquerir un velo et le ranger sans trop de difficulté.
Pourquoi faire supporter au contribuable, très lourdement sollicité ici, l'achat de véhicules à usage individuel ?

Pour le cas parisien, ayant vécu et parcouru des milliers de parcours dans Paris en vélo, à une époque où les cyclistes y étaient très rares, mon point de vue est différent.
Tout d'abord, un des freins du vélo est... le métro ! En effet, depuis plus d'un siècle, les locaux et emplacements pour ranger les cycles ont disparus des immeubles anciens et récents.
Personnellement, je rangeais mes vélos dans la rue, ou les montait dans mon appartement.
Ensuite, il y a le vol: la aussi, les employeurs ne prevoient plus rien. Je me souviens que mon vélo etait bien seul au pied de la tour où travaillaient pourtant plusieurs centaines d'autres collegues. Pas de parc de rangement, le velo etait bien vulnérable.
Le vol de vélo n'etant plus considéré comme un délit par les voleurs, ni par les policiers et encore moins par les juges,  il assure aux drogués quelques euros pour financer leur consommation.

Enfin, il suffit de se rendre dans un gare, le matin, pour voir des milliers de banlieusard descendre du train  pour s'engoufrer dans le métro. Avec Vélib, il pourront finir leur trajet plus agreablement, sainement et rapidement, sans avoir à s'encombrer d'un vélo pliant dans le train.

C'est vrai, le cout de l'opération doit etre important, mais si Velob rencontre le succes, cela ce ressentira sur les autres moyens de transport (bus, metro), arrivés à saturation et pour lesquels quels que soient les investissement, il n'y avait plus grand chose à faire.

Pour ce qui est du cout exorbitant des demi-heures supplémentaires, je ne pense pas que cela pose un problème: en 30 minutes, on a largement de quoi faire la plupart des trajets; et si on doit laisser le velo pour faire une course puis le reprendre, il devra etre aisé, à terme, de trouver une station à proximité.






Article suivant: 3 jours en vélotaf avec un sparta au mois de juin 2007
Article précedent: Avec du Lithium-Ion, 1000km me coûtent 10,00euro

Réagir, poser une questionProposer un articleS'abonner aux articlesConseiller l'article à un ami


Transformez votre vélo en vélo électrique !


A propos de cet article
Profil de Cyclurbainfos Article de Cyclurba.
Informaticien de formation, passionné d'Internet, defenseur du vélo moyen de transport urbain Gère Cyclurba depuis 1996.
site web site web

N° Article : 234
Article lu 13177 fois.
Créé le 16-07-2007 à 17h14.
Modifié le 16-08-2007 à 11h56.

Cliquez ici pour valider cet article Validation * * *

modifier cet article Mettre à jour l'article
Cliquez ici pour rediger un nouvel article Redigez un nouvel article
Discutons de cet article sur le forumVos réactions, sur le Forum
Liens externes
Autres articles du dossier

Tous nos articles Tous les articles