Ecox, le spécialiste du vélo électrique
Dossiers > Vélo électrique: Essais

I.S.D. 601 L - Essais VAE VTT





Marque :
Distributeur :I.S.D.

Modèle : 601 L (luxe)
Prix public conseillé : 1064 euros (version Luxe)

Testé en : Septembre 2002

Nous remercions ISD pour son excellent accueil et la mise à disposition d'une bonne partie de la gamme, pendant une week-end.
Les 4 vélos étaient neufs, extraits du stock, sans préparation spéciale.

Le 601, essayé ici dans sa version Luxe, se caractérise par son look VTT. Mais, comme il est précisé par le constructeur
sur le guidon, ce vélo n'est pas destiné à faire du tout-terrain extrème, genre descente ou sauts. Ses suspensions
avant et arrière lui apportent plutot le confort dans les chemins
chaotiques. Sa capacité en cote n'est pas supérieure aux autres modèles. A noter, il n'est pas équipé de petit
plateau. Son terrain sera le sous-bois et les chemins difficiles.

Ce modèle étant équipé des mêmes moteur et batterie que le reste de la gamme, son autonomie est de l'ordre de 60 kilomètres. Nous avons même parcouru un peu plus.
La marque ISD donne une autonomie de 40 à 60 kilomètres.

Apports de la version "Luxe" sur la version de base :
guidon multicourbe, gros phare Sanyo, manivelles et pédales en aluminium, poignées tournantes Grispshit à la place de manettes. Les autres caractéristiques restent identiques, notamment
la partie électrique.
Photos du test de l'ISD 601

Avantages

* Autonomie
* Niveau des équipements: pédalier, guidon, freins...
* Bonne assistance, mais brutale
* Suspensions Avant et Arrière
* Silence
* Cout de remplacement de la batterie
* Facilité d'utilisation

les moins

* Poids
* Prix
* Finition perfectible
* Seulement 10 vitesses, non indexées
* Une seule led pour l'éclairage arrière
* Fourche médiocre
* Absence de porte-bagage, panier
* Support de phare qui casse
* vieillissement prématuré


Essai dynamique :

Nous avons apprécié sur ce modèle son silence de fonctionnement. Ceci est du à la technologie employée, à savoir un moyeu-moteur, placé à l'arrière.
Il n'y a donc aucun système d'engrenage, générateur de bruits et de frottements. Le bon rendement de ce système doit également participer à l'autonomie
du vélo à assistance électrique, environ 60 km, ce qui le double, sinon plus, des MBK, Yamaha, Silverfly, Renault... de l'époque.

L'arrivée de l'assistance est immédiate, grace au capteur de pédalage qui détecte la tension de la chaine. Dès l'appui sur la pédale, l'assistance se ressent, et meme brutalement ce qui peut surprendre.
Elle se coupe en arretant de pédaler, ou par une pression sur les freins. Nous avons même pu solliciter l'assistance en appuyant avec le pied sur le capteur, sans pédaler.

Les côtes : l'assistance y est toujours totale, mais la vitesse décroit en fonction de la charge totale, de la fraicheur de la batterie et de l'inclinaison de la pente.
On peut observer un coupure totale d'assistance si la cote est tres forte.

Les descentes: Pédaler "dans le vide" est sans effet, car la chaine n'est pas en tension. Soit passer la grande vitesse, soit appuyer avec le pied sur le capteur (déconseillé).
De toute façon, l'assistance se coupe au delà de 26 km/h.

Les plats : simplement en entraînant les pédales, sans même appuyer dessus, le vélo roule à 25/27 km/h. Il n'est pas utile de chercher à forcer l'allure.

Batterie faible : La décharge progressive de la batterie se sent dans les cotes. Elle est moins sensible sur plat. On ressent une lenteur à gravir les cotes, et l'assistance s'y fait
par saccades très nettes. Par contre, le plat revenu, la vitesse reprend. Quand la batterie est vraiment sur la fin, l'assistance, sur plat, devient hachée.


Ici, pas de voyants multiples; pour controler la charge de batterie résiduelle, un magnifique voltmètre chromé donne une vague indication.
Encore une fois, et cela est valable pour toutes les marques essayées, se fier plutot à un petit compteur kilomètrique que vous installerez vous-même.
Pas de voyant de mise en tension, de surcharge, d'éclairage. L'allumage des lumières se fait par le contacteur à clef qui permet de mettre en route l'assistance.
Il a donc 3 positions, et est placé soudé sur la potence. Ainsi les clefs se sont toujours visibles, ce qui est un atout pour ne pas les oublier sur le vélo.

Le fonctionnement est extrèmement silencieux mais on regrettera l'arrivée brutale de l'assistance. La variateur electronique semble fonctionner en tout-ou-rien.

Béquillage: Ce modèle est équipé d'une béquille latérale. Le béquillage est donc facile mais moyennement stable.

Taille et réglages :

Hauteurs de selle:

Pour un VTT, le cadre descend très bas, et permet donc les petites tailles.

La tige de selle, en acier, est bloquée par un serrage rapide. Prévoir un antivol pour la selle.

Encore une fois, la tige de selle est trop courte, et ne conviendra pas pour une personne de plus de 172 cm.

La potence est réglable en hauteur. Le guidon n'y est pas soudé, il peut donc être changé, ou retourné pour pédaler en posture verticale.

Un défaut à signaler au niveau du cadre (voir photo): la partie supérieure du cadre, enveloppant la batterie,
est trop large, les genoux viennent y cogner. Moyennant une modification de la forme, ce défaut aurait pu etre facilement résolu.

Poids :

Mesures approximatives : environ 40 kg, batterie comprise
Batterie seule : 13,6 Kg.

Finition et qualité des accessoires:

Sur le modèle luxe, on apprecie la qualité des équipements.
Leviers et étriers, manivelles, guidon, pédales en aluminium. La fourche reste malheureusement entièrement en acier, y compris le Té.
Belle peinture métalisée, garde-boues en plastiques, robustes.

Jantes en aluminium, double-paroi, profilées, serrage rapide à l'avant.

Pneus: 26 pouces, avec un dessin mixte route-chemin. Chambres à air increvables, par auto-obturation.

Pendant une période, le 601 a été vendu avec des roues à batons. A eviter (en occasion), la matériaux présente des fissures.

Manuel :

Aucun manuel ne nous a été fourni.

Freinage :

Ce VAE est équipé de freins V-Brake, ce qui nous parait le mieux. La commande se fait par des leviers en aluminium.
Donc rien à dire, si ce n'est la sensation de cable en "fil de jokari" à l'utilisation du frein arrière qui n'a aucune puissance. Peut-être faut-il changer cable et gaine ? (peu couteux).
L'avant par contre fonctionne correctement.

L'inversion des leviers, le frein avant est à droite, l'arrière à gauche est inacceptable. Le constructeur, à défaut l'importateur, devrait préparer ses vélos et retablir l'ordre gauche-droite de commande des freins.

Confort :

La selle est épaisse, large, et suspendue (2 ressorts);

La fourche est téléscopique, à ressort, et son apport au confort est appréciable, mais étant de construction grossiere, avec des ressort mal tarés, trop mous, elle talonne facilement. Prévoir son remplacement.

Entretien :

Retirer la roue avant, pour une crevaison, par exemple, ne pose pas de difficulté, à part le poids du vélo sur l'avant et l'absence de béquille centrale.

Par contre, le démontage de la roue arrière, dont le moyeu est également le moteur, sera plus complexe.
Autour de l'axe du moyeu-moteur sont fixés la béquille, le porte-bagage, le garde-boue, le frein.
Par manque de temps (et de courage), nous n'avons pas tenté le démontage.
N'attendez pas trop des chambres à air "anti-crevaison" fournies. Il s'agit en fait de chambres contenant un produit auto-obturant,
qui n'évite pas toutes les crevaisons.

Du fait de la difficulté de démontage de la roue arriere, la moindre crevaison deviendra un cauchemar.

Egalement, on déplore l'absence de connecteur pour le moteur. Donc, au démontage de la roue, pour réparer une crevaison par
exemple, il faudrat couper les fils électriques du moteur, puis les reconnecter ensuite comme vous pourrez.
La chaîne n'est pas protégée par un carter. Il faudra donc penser à la lubrifier en période pluvieuse, et
à protéger ses pantalons.
Le moteur est de type sans balai. Donc, sans entretien.

Transmission:


Grace aux 2 dérailleurs, nous n'avons pas eu à mouliner en vitesse de croisière. On apprecie les 10 vitesses, mais une vraie transmission de vtt aurait été un minimum, surtout pour le prix demandé.

En effet, le moindre vtt bas de gamme de supermarché est pourvu de 3 plateaux et 7 ou 8 pignons (soit 24 vitesses). Il faudra donc soliciter fortement le moteur pour grimper des cotes
fortes, au détriment de l'autonomie, les moteurs electriques ayant un rendement médiocre dans les basses vitesses.

La commandes des 2 plateaux et 5 pignons (10 vitesses) se fait par des poignées tournantes Gripshift micro-crantées, donc non-indexées (bas de gamme ?).
La version normale est équipée de manettes bas de gamme indexées.

2005: passage en 2x6 vitesses; Voir
graphique des developpements



Protection contre le vol :


Serrages rapides pour la roue avant et la selle: les remplacer, ou mettre un antivol à l'arrêt.
La batterie est protégée par une serrure. La même clef sert pour les serrures de l'antivol de batterie (coté gauche), et pour le contact (coté potence).
L'intérêt d'une clef pour le contact est surtout d'empecher les plaisantins de jouer avec l'éclairage.

La photo montre l'antivol de batterie, à ne pas confondre avec un antivol de direction, et le blocage de la batterie, par serrage rapide, pour eviter qu'elle ne cogne.

L'accrochage d'un antivol en U ne pourra se faire que sur le demi-tube horizontal.

L'éclairage :


L'éclairage est alimenté par la batterie, lorsque le contact est mis.
Le contacteur à clef, sur sa troisème position permet de l'activer. A l'avant, un phare puissant, de marque Sanyo, permet un éclairage correct de la chaussée.
Son look rétro peut choquer sur un vtt, mais son efficacité nous a convaincu de le conserver.

Ce phare est lourd, et son support a cassé au bout de seulement 20 km.
A l'arrière, fixé sur le hauban droit, un tout petit feu standard cache en fait une led (diode électro-luminescente).
Il est à remarquer que même quand la batterie est trop déchargée pour l'assistance, le reliquat de charge permet quand même un éclairage de plusieurs heures.

Le feux arrière est constitué d'une led, ne craint donc pas les pannes. Plusieurs leds auraient donné un meilleur éclairage. Prévoir quelques ampoules de rechange, car difficiles à se procurer (36 volts).

Equipements :

* béquille latérale
* éclairage sur batterie
* selle confort à ressorts
* garde-boues anti-chocs
* fourche téléscopique
* suspension arrière cantilever, réglable

* clef de contact
* voltmètre
* antivol de batterie
* 10 vitesses

Le vélo n'est pas vraiment équipé pour un usage urbain, mais il suffira de lui ajouter un porte-bagage.

Motorisation :

Les caractéristiques électriques sont :

Moteur : 36 volts, 250 Watts, sans balai, dans le moyeu arrière

Batterie : au plomb gel, sans entretien, 36 volts, capacité 12 Ampères/heure, sans effet mémoire. Etanche, elle peut être renversée très temporairement sans dommage.
350 cycles de chargement/déchargement.
Batterie supplémentaire : 105 €

La batterie est équipée d'un fusible interne.

Chargeur : 220 volts fourni, temps pour une charge complète:
8 heures. Il est plus gros que celui de CNC, mais dépourvu de ventilateur, il reste silencieux. 2 cordons de connexion (prise secteur et embout adapté à chaque batterie).
En fin de charge, une LED (indicateur lumineux) passe au vert (coupure automatique).

Recharge de la batterie :

La batterie se recharge avec le chargeur fourni, et exclusivement
avec ce dernier. Il n'est pas intégré au vélo. Son fonctionnement est automatique. En fin de charge, une led
change de couleur, passant de rouge à vert, et on peut laisser le chargeur branché sans crainte pour la batterie. Cela permet, par exemple, de mettre la batterie en charge la nuit.

La charge est d'abord forte, puis décroit automatiquement. Le chargeur permet aussi de maintenir la charge (led verte) si la batterie doit être inutilisée pendant une période longue.

Un interrupteur sur le chargeur aurait été très pratique. Il faut donc, à chaque fois le brancher, le débrancher...Coté batterie,
la prise est de type Cinch.

La batterie peut être chargé indifféremment hors du vélo, ou en place sur le vélo.

Tarifs :

Vélo : 1064 euros, tarif public conseillé.
Batterie de remplacement : 105 euros.

Conclusion :

Une finition et un équipement perfectible pour un prix peu interessant. Son silence, son autonomie et surtout ses 2 suspensions
parviennent difficilement à faire pardonner la faiblesse de certains composants et les pannes à répétition.

A signaler : En option, il est possible, en 2006, d'équiper le 601 d'une batterie de technologie Lithium (LiPo). Cependant, cette derniere ayant posé des probleme de fiabilité, sa fourniture
est actuellement suspendue.

Nous ne pouvons passer sous silence les problemes rencontrés par les propriétaires de ce modele, problemes entrainant de nombreux retours en sav. Nous vous invitons à consulter les discussions
relatives à ces pannes sur le forum.


Article suivant: I.S.D. 617 - Essai Vae
Article précedent: ISD City 3 - Essai VAE

Réagir, poser une questionProposer un articleS'abonner aux articlesConseiller l'article à un ami












A propos de cet article
Profil de Cyclurbainfos Article de Cyclurba.
Informaticien de formation, passionné d'Internet, defenseur du vélo moyen de transport urbain Gère Cyclurba depuis 1996.
site web site web

N° Article : 25
Article lu 25280 fois.
Créé le 28-07-2002 à 18h49.
Modifié le 07-01-2009 à 17h24.

Cliquez ici pour valider cet article Validation * * *

modifier cet article Mettre à jour l'article
Cliquez ici pour rediger un nouvel article Redigez un nouvel article
Liens externes
Autres articles du dossier

Tous nos articles Tous les articles