Dossiers > Divers cyclisme

Téléphones mobiles, la mort du cyclisme ?

L'arrivée du téléphone mobile a bousculé nos habitudes.
D'abord jugé luxueux, car couteux, ces appareils de communication ont
su devenir indispensables. C'est par exemple le cas pour les professionnels,
de l'artisan au commercial, à qui ils rendent de grands services.


Le hic, c'est que naturellement, on en est venu à l'utiliser partout,
y compris au volant. Un peu tardivement, les autorités ont réagi.
Aujourd'hui, un nouveau texte de loi interdit et puni l'utilisation d'un mobile
au volant. Un texte existant suffisait pourtant, qui impose de ne rien faire
que de se consacrer à la conduite.


La sécurité est un des motifs d'existance de Cyclurba. Pour nous,
la sécurité du cycliste passe avant tout par sa visibilité
: "Cycliste bien vu, cycliste en vie !". Non seulement de nuit, par
un éclairage sérieux, mais aussi de jour, avec des vêtements
de couleurs vives, ceintures ou gilets fluo, écarteurs, positionnement
sur la chaussée...


Mais que devient-on si l'automobiliste, le camionneur, a son attention retenue
ailleurs ? Il était donc grand temps que les forces de l'ordre réprime
"la main à l'oreille". Avec une nuance, les kits mains-libres
(les 2 mains libres !) sont tolérés. Interdire ces kits reviendrait
à encourager les professionnels à utiliser le mobile "à
l'oreille". S'il est vrai qu'une conversation téléphonique
absorbe une partie de l'attention du conducteur, nous conversons tous avec nos
passagers en voiture, non ? Tolérance, oui, mais pas autorisation, c'est
à dire qu'en cas d'accident, la responsabilité du conducteur sera
engagée.


Mais à 15km/h, téléphoner en vélo n'est pas
dangereux ?


Nous sommes d'accord. Cependant, quel bel exemple à donner aux conducteurs
d'engins capables de vous réduire à la taille d'un... téléphone
mobile ! Si nous dérogeons à la loi, que dire aux automobilistes
? Surtout qu'il est encore plus facile pour un cycliste de trouver un endroit
pour s'arreter et téléphoner en sécurité.


Cyclurba vous invite, quand vous voyez un cycliste téléphoner,
à se porter à sa hauteur et discuter avec lui, par exemple en
lui expliquant pourquoi il ne faut pas le faire, sans attendre qu'il ait raccroché.







La position de Cyclurba :



  • Interdire l'usage du mobile à tous les conducteurs, y compris
    les cyclistes;

  • Réprimer sévèrement les contrevenants, avec confiscation
    de l'appareil;

  • Tolérer les kits mains libres, sous la responsabilité
    du conducteur.



Votre avis :


Je ne suis pas d'accord avec vous sur la tolérance à l'égard
du "mains libres". En effet, le problème du téléphone
n'est pas tellement le fait qu'il occupe les mains que son caractère
distrayant. Et, contrairement à ce que vous dites aussi, le fait de discuter
avec un passager dans sa voiture ne provoque pas la même distraction que
celui de téléphoner.

Cela s'explique assez simplement par la "projection" de soi dans l'espace
qu'effectue celui qui téléphone (où qu'il soit) : on s'imagine
en quelque sorte auprès de la personne avec qui on converse. Ainsi, le
conducteur qui discute avec son passager risque quelques distractions - à
lui de donner la priorité à la route par rapport à une
discussion qui lui demanderait concentration -, mais il reste dans sa voiture.
Au contraire, celui qui téléphone n'est plus dans sa voiture ;
littéralement, il n'est plus présent. Or, conduire (une voiture
ou un vélo) demande d'être particulièrement présent
au monde qui nous entoure. On le voit très bien aux zig-zag que le "téléphoneur"
se met à opérer - et que désormais certains cyclistes opèrent
aussi. Si ceux-ci sont moins dangereux parce que moins lourds, il m'est arrivé
d'avoir à en dépasser l'un ou l'autre à grand risque...
car comme l'automobiliste, le cycliste qui téléphone, même
s'il a les mains sur le guidon, ralentit fortement sa course - ce qui montre
bien, d'une autre manière, qu'il n'est plus complètement à
ce qu'il fait.

J'avais entendu parler, il y a deux ou trois ans, d'une étude étayant
ce propos de la manière statistique classique : il est beaucoup plus
dangereux de téléphoner en conduisant que de manger ou de fumer
- bien que cela soit également fortement déconseillé. Malheureusement
je n'ai aucune référence pour cette étude (c'était
à la radio par hasard...). Cependant, si je peux en retrouver des traces,
je n'hésiterai pas à vous le faire savoir (Anne B.)


Article suivant: Un écarteur de voiture à faire soi-même
Article précedent: Mr Sarkosy et le vélo...

Réagir, poser une questionProposer un articleS'abonner aux articlesConseiller l'article à un ami
Accédez à notre site www.power-e-bike.fr
Lien commercial -232-




A propos de cet article
Profil de Cyclurbainfos Article de Cyclurba.
Informaticien de formation, passionné d'Internet, defenseur du vélo moyen de transport urbain Gère Cyclurba depuis 1996.
site web site web

N° Article : 28
Article lu 5312 fois.
Créé le 28-07-2005 à 19h06.
Modifié le 28-07-2005 à 19h06.

Cliquez ici pour valider cet article Validation * * *

modifier cet article Mettre à jour l'article
Cliquez ici pour rediger un nouvel article Redigez un nouvel article
Liens externes
Autres articles du dossier

Tous nos articles Tous les articles