Véloeco, le magasin des vélo électriques depuis 2008
Dossiers > Technique mécanique

Eclairage du cycliste : les systèmes à leds

'Eclairage de velo à leds,  ou dels' Depuis la fin des années 80, on peut équiper son vélo d'un éclairage  à  systèmes de leds.

Les leds (Light Emetting Diode), parfois appelées dels (Diodes Electro-Luminescentes), sont de petits composants électroniques très communs. Par exemple, le clavier de votre ordinateur utilise des leds pour signaler le mode Majuscules ou Pavé numérique.

Comme elles sont peu couteuses, très peu gourmandes en courant, inusables et incassables, elles sont très intéressantes pour l'éclairage du vélo. Visibles jusqu'à plusieurs centaines de mètres, elles éclairent par contre peu. On les rencontre donc le plus souvent à l'arrière du vélo. Leur autonomie varie entre 100 et 300 heures !
Un article traitant de l'installation des éclairages à leds est présent dans le Guide Technique du Vélo.

Au niveau de la loi, l'éclairage tant avant que arrière doit être continu (ne pas clignoter), et doit pouvoir éclairer la chaussée à l'avant. Le bloc de feu à leds sera pourtant mieux perçu par l'automobiliste s'il clignote (flash) , mais la loi ne le reconnait pas. Paradoxalement, en mode flashant, la consommation électrique est moindre.

Pour l'avant, c'est plus complexe. Les systèmes Led classiques n'éclairant pas ne sont par conséquent pas homologués. Pourtant, à défaut d'éclairage, ils assurent une bonne visibilité du cycliste. L'auteur de ce site en utilise depuis longtemps avec satisfaction. Ils sont difficiles à trouver dans le commerce.
Depuis 2005-2006, apparaissent des éclairages utilisant des leds blanches sur-puissantes. Sans égaler la puissance du faisceau d'une ampoule à filament, ces lampes peuvent prétendre éclairer suffisement en ville, et ainsi remplacer le phare du vélo.

L'autonomie passe alors à 10 heures, selon la notice. Ce système permet d'éclairer à 15 mètres.

Utilisant les mêmes leds blanches et puissante, on trouve chez Petzl, marque bien connue des spéléologues, une lampe frontale éclairant à 10 mètres, pour environ 30 euros.

Mes trucs : fixez vos lampes et feux à leds définitivement sur le vélo, pour éviter la perte ou le vol. Choisissez les à piles bâton (type R6 ou LR6) et non à piles boutons (coûteuses et éphémères). Mettez-en deux à l'arrière, c'est tellement joli, une en éclairage continu, l'autre en flash (à partir de 12 € la paire).

Il en existe aussi, pour l'avant et l'arrière, avec une détection des phares des voitures, passant l'éclairage des leds de flashant à continu.

Combien faut-il de leds ? On trouve différents blocs avec de 1 à 9 leds. Ce qui compte surtout, c'est la visibilité, et ceci avec l'angle le plus large possible dans les plans verticaux et horizontaux. Avoir 5 leds toutes orientées dans la même direction est sans intéret, mais certaines leds ont un spectre assez large.

Avantages:

Très visible, autonomie énorme (80 à 400 heures avec un jeu de piles à 0,75 €), économique, fonctionne à l'arrêt, inusable, étanche, léger et peu fragile.

Défauts:

à l'avant, n'éclaire pas (sauf Led haute puissance)
Bilan : idéale pour les trajets urbains. Existe pour l'arrière, et l'avant (non homologué, sauf Led haute puissance)

Pédales lumineuses:

La société chinoise Bizmate nous a aimablement confié une paire de pédales lumineuses. Aujourd'hui, la règlementation impose que les pédales soient équipées de réflecteurs (catadiopres), mais celles-ci sont en plus pourvues de leds rouges, 3 par faces.

C'est un astucieux système de génératrice qui fournit le courant. Celle-ci est placée dans le corps de la pédale. Dès que la pédale tourne, même lentement, la lumière jailli, tant vers l'avant que vers l'arrière. Ceci sans bruit, et la résistance à la pédale n'est sensible qu'à la main. Le système fonctionnant par induction, sans balai, il est inusable. Dès le premier tour de pédale, l'éclairage est au plus fort, et visible en tous angles. Il est cependant occulté partiellement par le talon, et l'avant du pied, car on pédale pied légèrement incliné vers l'avant. Bien sur, à l'arrêt, aucune lumière n'est émise, il en est de même quand on arrête de pédaler, dans les descentes par exemple.

Le système n'est pas débrayable, il s'active aussi de jour, ce qui n'est nullement génant car il est inusable, sans pile, et ne génère pas de frottement, comme le font les dynamos.

Le poids par pédale est de 190 grammes, soit 20 de plus que les pédales remplacées. Insignifiant. Le jeu est réglable, par écrou et contre écrou, avec un capuchon étanche. Le système est démontable, un petit capot se retire en dévissant 2 vis. A remarquer: la pose de cale-pieds n'est pas possible. Ces pédales s'installent comme toutes pédales (voir Guide Technique).Une clef à pédale est fournie avec les pédales.

En résumé: Ces pédales sont un ingénieux système d'éclairage, pour dépanner ou compléter un système d'éclairage. Pour les parents, il permet d'être tranquille quand les enfants oublient d'utiliser leur dynamo, que celle-ci ne fonctionne plus, où qu'ils ont oublié à la maison leur éclairage amovible.

Avis: La société Bizmate cherche un distributeur pour son produit.

Garde-boue lumineux:

La société chinoise Bizmate nous a aimablement confié un garde-boue lumineux. Semblable aux autres garde-boues pour VTT, celui-ci cache dans ses entraille un astucieux système autonome d'éclairage par leds. Une génératrice galet, cachée sous le garde-boue alimente 3 leds placées en bout de garde-boue. C'est le poids de l'ensemble qui assure la pression du galet sur la bande de roulement du pneu arrière. Pas d'interrupteur, pas de manette, le système fonctionne en permanence et assure une bonne visibilité dès les plus basses vitesses. Un petit accus, ou un condensateur aurait pu être ajouté pour que l'éclairage soit maintenu lors des arrêts.

On peut cependant se demander pourquoi utiliser une dynamo, alors que les leds savent se contenter d'une pile baton par année d'éclairage. On pourrait penser, en étant bricoleur, cabler un éclairage à l'avant, à led ou par ampoule, la génératrice devant fournir suffisement de courant pour l'ensemble, mais la tension chute immédiatement dès que l'on branche une ampoule. La génératrice débite un courant de 2,2 dès les premiers tours de galet, et cette tension reste assez constante, puis chute à grande vitesse.

Le système sait se faire oublier, les dynamos galet générant très peu de frottement (les cyclo-touristes les apprécient), et sont silencieuses.

La fixation se fait sur le serrage de selle, un serrage rapide étant fourni. Nous conseillons d'utiliser plutôt un serrage antivol, ou au minimum une vis et un écrou, pour protéger du vol le garde-boue, et la selle.

Cette éclairage, pour l'arrière, répond à la règlementation française, n'étant pas clignotant, mais il devra être complété d'un catadiopre, comme on peut le voir sur la photo plus hat.

Avis: La société Bizmate cherche un distributeur pour ce produit.

Lampes à ampoules (piles ou batterie)

(à partir de 50 fr. la paire)
Avantages: éclaire réellement la chaussée, pour rouler hors ville, installation simplifiée. Défauts: coût élevé en usage régulier, autonomie faible (quelques heures), vulnérable au vol, lourd. Bilan : pour utilisation occasionnelle.

On peut aussi utiliser une lampe frontale, pour l'avant. Elle peut se porter sur le casque, et éclaire toujours là où l'on regarde. Il faut la choisir de bonne qualité (Pietzl, 150 francs).

Chez Décathlon, notamment, on trouve un modèle de lampe avant à fixer au guidon, rechargeable (9 €). Il faut rajouter le chargeur (7,50€) et les accus (9 €).

Un solution intéressante peut être d'utiliser un éclairage rouge à leds pour l'arrière, et une dynamo-lampe sur la roue avant. Ainsi, pas de fils, un éclairage puissant et conforme à la législation.




Article suivant:
Eclairage du cycliste : éclairages à pile et à batterie
Article précedent: Eclairage du cycliste : la dynamo

Réagir, poser une questionProposer un articleS'abonner aux articlesConseiller l'article à un ami




A propos de cet article
Profil de Cyclurbainfos Article de Cyclurba.
Informaticien de formation, passionné d'Internet, defenseur du vélo moyen de transport urbain Gère Cyclurba depuis 1996.
site web site web

N° Article : 50
Article lu 27026 fois.
Créé le 29-07-2005 à 17h38.
Modifié le 26-04-2006 à 11h13.

modifier cet article Mettre à jour l'article
Cliquez ici pour rediger un nouvel article Redigez un nouvel article
Liens externes
Autres articles du dossier

Tous nos articles Tous les articles