Accédez à notre site www.power-e-bike.fr
Dossiers > Vélo électrique: Essais

Essai du Giant Twist Esprit Double

Tout d’abord pourquoi ce VAE précisément ?


Suite à la consultation de Cyclurba sur deux ans environ.
Suite à une journée promotionnelle « mobilités alternatives » organisée par mon employeur avec présentation de plusieurs types de véhicules électriques et incitation au covoiturage et à l’utilisation des divers transports en commun (banlieue sud de Paris).
Vélo électrique GiantA l’occasion de mon départ en retraite, ce vélo étant principalement destiné à rouler en Centre Ouest Bretagne (Finistère, Cotes d’Armor et Morbihan, donc Montagnes Noires et Monts d’Arrée)
En raison de mon état de santé et de mon âge, ainsi que de la topographie, je désirais un engin efficace, confortable et surtout endurant.
Les conseils de mécanicien vélo qui connaissait la région pour y avoir randonné m’ont été très précieux.

Présentation du vélo


Vélo à col de cygne de type hollandais (en espérant que Madame puisse s’en servir un jour) gris anthracite de taille M (50)
Poids en ordre de marche : 31,5 kg, environ
2 batteries de 26 volts et non 36 comme l’Esprit Power simple (les batteries sont protégées par les sacoches) ;
Cadre alu et fourche avant à suspension (ainsi que la selle)
Cintre relevé à réglage rapide portant le boitier de commande électronique
Eclairage à Led (très efficace fonctionnant à l’arrêt et commandé depuis le boitier du compteur)
Changement de vitesse Shimano Nexus dans le moyeu arrière (7 vitesses)
Pneus de 622 Schwalbe Energiser relativement étroits pour l’usage que je vais en faire (pas mal de chemins d’exploitation empierrés).

Mise en service



Le vélo a été livré prêt à l’usage à Paris, puis transporté sur un porte vélo à potence bloqué sur la boule de remorquage, sans difficulté hormis le poids de l’engin pour l’installer sur le portique (il a juste fallu acheter une barre d’accouplement le cadre n’étant pas droit mais en col de cygne). Transport sans difficultés.

Après vérification et gonflage des pneus, il s’avère que le réglage de la potence et du cintre est indispensable. Manipulation très facile (moins de trente secondes). Par contre pour descendre la selle il faut une clé Allen adéquate. Le vélociste avait tout réglé selon «les bonnes pratiques de l’art », mais monter un tel destrier quand on n’en n’a pas l’habitude est assez étrange, et j’ai préféré le régler selon mes habitudes.

Essai sur route


La totalité des essais routes et chemins s’est déroulée en janvier 2011 avec une température approchant les 0°C, et un fort vent d’ouest ce qui a agi sur la durée de vie de la charge des batteries.
De plus il a été réalisé en utilisant un cardiofréquencemètre afin que je ne me mette pas trop vite dans le rouge, et que je contrôle bien l’effort réel à fournir.

Au démarrage, sur une pente de 400m environ assez raide (comme une rampe de garage) l’assistance du moteur (au maximum) est spectaculaire : on ne sent pas l’effort, et on se croirait quasiment sur du plat. Le poids du vélo ne se fait pas sentir, et on roule sans problème à allure moyenne de 20 km/h. Le moteur est peu bruyant
Sur le plat on peut accélérer rapidement. Les passages de vitesse du Nexus sont précis et rapides. Il suffit de ne pas forcer au moment du passage de vitesse.
Sur le plat, on se retrouve rapidement à 30-35 km/h sans forcer. La suspension avant amortit bien les multiples nids de poule (merci le gel), et les fesses apprécient le confort de la selle. A 25km/h l’assistance du moteur s’arrête en douceur, sans à-coup
Les cotes les plus fortes se passent en douceur grâce au changement de vitesse et en jouant sur la puissance de l’assistance moteur
La promenade se passe très bien (sauf pour les mains qui sont aussi gelées que le bout du nez). Sur le cadran du compteur on peut suivre la vitesse instantanée et moyenne, mais aussi l’état des batteries dont les leds s’éteignent relativement vite… à ma grande surprise.
A 23 km la dernière led passe au rouge, et d’un coup plus d’assistance dans une forte côte (comme par hasard). Le temps de basculer sur l’autre batterie, et c’est reparti…

Arrêt repos, le temps de prendre quelques photos et de boire un peu et retour euphorique.

guidon et bloc de commande de l assistance électrique

Essai sur chemins


Le lendemain, après recharge de la batterie (très facile à démonter ; recharge en trois heures environ) départ en direction du chemin de halage du canal de Nantes à Brest, haut lieu touristique en été puisque parcouru par de nombreux randonneurs tant à pied qu’à cheval ou en vélo.
Départ rapide sur le lé, mais rapidement on baisse de régime à cause de la boue, des trous de pierre, de la glace par endroits, malgré les suspensions
Les pneus qui étaient parfaits sur le bitume montrent très vite leurs limites d’adhérence dans ces conditions, ajoutés au fait de la position droite sur ce vélo. La stabilité de l’engin est parfois limite, mais ça passe bien, même sur certains passages très étroits, à condition de ne pas aller trop vite.
Lors de la pause (sur une plaque de gazon détrempée et neigeuse) la béquille nous démontre ses limites, car d’un coup le vélo se penche … et il n’y a plus qu’à le bloquer avant qu’il soit au sol. Il est possible que ce soit un réglage de la longueur de la béquille qui soit à améliorer, car à l’arrêt le vélo est relativement penché.
Une béquille centrale serait sûrement plus efficace.
Lors des arrêts l’antivol Abus sur la roue arrière est très pratique, mais la mise en place de la clé pour le rouvrir n’est pas toujours facile (prévoir une torche pour la nuit)
Les sacoches sont grandes, mais moins que ce qu’elles ne semblent, car les batteries prennent beaucoup de place. Il reste environ 20 litres de place la sacoche, largement de quoi mettre l’équipement, mais pour les courses il faudra prévoir un contenant sur le porte bagage qui est grand et bien conçu.

Le reste des essais a été à l’image de ces deux jours : intéressant, joyeux même, mais que de froid.

En conclusion


Très bon vélo, beau (ça compte) confortable, robuste, polyvalent malgré le fait que les batteries réfrigérées ne répondent pas à ce que l’on attendait d’elle.
Point négatif : son prix d’environ 2000€, mais à mettre en rapport avec ses possibilités ; l’équipement timide (voir la pompe).

La suite de l’essai se fera sur la durée.

Sites à voir
www.giant-bicyle.com/fr
www.labicycletteelectrique.fr


Discutons de cet article sur le forum En discuter sur le Forum

Article suivant: KTM city bliz
Article précedent: Essai du porte-bagage et de sa sacoche Ibera Pakrak: idéal pour loger une batterie

Réagir, poser une questionProposer un articleS'abonner aux articlesConseiller l'article à un ami



Accédez à notre site www.power-e-bike.fr

A propos de cet article
Profil de Jean-Yves2994infos Article de Jean-Yves2994.


N° Article : 553
Article lu 12467 fois.
Créé le 13-03-2011 à 19h51.
Modifié le 17-04-2011 à 15h41.

modifier cet article Mettre à jour l'article
Cliquez ici pour rediger un nouvel article Redigez un nouvel article
Discutons de cet article sur le forum En discuter sur le Forum
Liens externes
Autres articles du dossier

Tous nos articles Tous les articles