Transformez votre vélo en vélo électrique!
Dossiers > Energie Ecologie

Decouverte d'une installation hydrau-electrique

Juin 2011, je m'octroie 3 semaines de nomadisme en France, pour rencontrer Guillaume ( Déclic-éco ® ) et Jean-Jacques ( Moteur & Vélo ® ® ), 2 de nos annonceurs les plus sympathiques.

3 semaines pour voir 2 personnes ? Disons que j'ai pris mon temps. J'ai programmé sur le gps du camping-car "vitesse limitée = 50 km/h", ce qui m'a permis de découvrir les routes départementales de la Creuse, du Cantal, des Millevaches, de Camargue...

Au hasard du chemin, j'ai vu un panneau "Cascade des Jarrauds", et je suis allé voir. Dans le bourg voisin, "St Martin Chateau", j'ai fait la rencontre de Gérard, qui me fait visiter les monuments historique de St Martin, puis nous entamons une discussion au cours de laquelle il me demandera "vous êtes enseignant ?". Je dois être un peu volubile...

Nous avons sympathisé, et quand il m'a dit posséder une micro-centrale hydrau-électrique, j'ai manifesté mon intérêt pour une visite. Aussitôt, nous montons dans sa Peugeot 106 largement amortie (financièrement parlant...) et arrivons à sa demeure. C'est l'ancienne boulangerie du château, où l'on faisant le pain 2 fois le mois il y a bien longtemps.

Là, Gérard regarde mes sandales, l'air dubitatif. Il me prete des chaussures de randonnée, je les enfile et nous remontons dans la voiture. Sur la route, il s'arrete. Il me montre un poteau électrique: "Celui-là appartient à EDF, et les autres, qui descendent dans le ravin, c'est les miens".

Remontons dans la voiture, et nous arrêtons dans un chemin de terre. "Voilà, c'est mon chemin, on va aller voir le captage".

10 minutes de marche sur un sentier, pentu, herbu, en sous-bois, et nous approchons un ruisseau, le Tourtouloux. Le coin est sauvage. Effectivement, il y a là un petit barrage, 3 mètres maxi en hauteur. Je regrette de ne pas avoir pensé à prendre des photos. J'y retournerais sans doute.

Nous montons sur la retenue. Un petit batiment, 3m² pour protéger l'armoire électrique, un bassin d'environ 15m², un dégrilleur. C'est impressionnant pour une installation à l'échelle humaine, mais rien à voir avec le lac de Vassivière ou le barrage de Bort les Orgues. Ici, on n'a rien noyé, pas de lac. L'installation est très discrète, cachée au fond d'un ravin, sous les arbres.

De la retenue part une conduite forcée de diamètre 1,20m.
Là, je commence à comprendre. Effectivement, l'installation appartient à un particulier, mais ce n'est pas un petit bricolage.

Quelques chiffres, pour donner une idée:
- conduite de diamètre 1,20m, longue de 600 mètres;
- dénivelé : 26 mètres,
- énergie produite annuellement: 1200 megaWatt-heures
- puissance génératrice: 230Kwc

Avec ma petite installation solaire de 3kWc et mes 3,3mWh , je suis ridicule. Nous descendons le long de la conduite.

Sur la conduite, j'observe une cheminée. Gérard m'explique que c'est une idée à lui, une mise à l'air, pour diminuer les contraintes sur la conduite. En effet, bien qu'en acier bien dur, les 6mm de tole ne résisteraient pas en cas de bouchage en amont: la conduite s'aplatirait, comme une paille dans laquelle on aspire en bouchant l'autre bout.

La conduite est en acier, et l'eau étant légèrement acide (sol granitique), se pose un problème de rouille, à l'intérieur. Régulièrement, Gérard vide la conduite, et parcourt les 600 mètres dans le noir, en faisant sauter les croutes de rouilles, et en y appliquant de la peinture. Imaginez comme ce travail dans le noir, à genoux, doit être agréable... Claustrophobes s'abstenir.

La conduite est fixée au niveau du captage dans un gros plot de béton armé ancré dans la roche. 2 plots intermédiaires et un quatrième au niveau de la centrale.

Nous reprenons le sentier pour longer les 600 mètres de conduite, et je découvre enfin le bâtiment abritant la génératrice.
C'est un hangar ancien, environ 8 mètres de hauteur et 150 m².

Gérard, qui est-il ?



De retour dans sa boulangerie, Gérard me montre ses ampoules à leds, ramenées de Pologne, car on n'en trouvait pas en France, et m'invite à diner. Il est déja minuit. Nous discuterons ainsi jusqu'à 5 heures du matin !

Gérard est diplômé de Centrale, a beaucoup bourlingué avant d'entamer une carrière de professeur de mathématiques. Aujourd'hui, il est en retraite.
Ses connaissances techniques lui ont été très utiles pour apporter de nombreuses modifications à l'installation.

Comment est-il devenu producteur ?


Du coté de Valence, Gérard et son épouse avaient acheté un moulin, qui avait la particularité de fonctionner avec une conduite forcée. Ils en ont fait leur habitation, mais Gérard y a installé une petite génératrice qui lui permet d'être autonome électriquement.

En 91, une micro-centrale de 1953 est à vendre; Elle venait de changer de propriétaire en 1990, ne fonctionnait pas bien (consommait plus de courant qu'elle n'en produisait !) et a connu un accident: la turbine a cédé sous la pression, emportant le mur arrière de la centrale, et le propriétaire, miraculé, qui s'est retrouvé le cul dans la rivière, un soir de décembre. De quoi refroidir.
Gérard a donc acheté la micro-centrale avec l'aide de sa banque, car l'investissement est lourd. Il y fait installer une turbine et une génératrices achetées d'occasion. Il modifie le conduit arrivant dans le bâtiment pour diminuer les contraintes.

La mise au point


Chaque microcentrale est différente, et doit être adaptée au site. Les contraintes mécaniques et électriques sont très fortes, et les accidents peuvent détruire l'installation.
Gérard a repris une installation défaillante, l'a optimisé sur de nombreux points, en faisant appel à des entreprises extérieures.
- remplacement d'un tronçon de conduite, abimé, modification du tracé,
- installation d'une nouvelle turbine et génératrice,
- modification de l'entrée dans la centrale,
- modification de l'armoire électrique
- installation d'une télésurveillance téléphonique astucieuse
- automatisation du réglage des angles des pales de la turbine en fonction du niveau d'eau au captage (le niveau d'eau reste stable avec 1,3mm de battement !)

On le voit, Gérard a fait un gros travail d'optimisation de l'installation. En apparence, elle semble mal entretenue, le mur explosé en 91 n'ayant jamais été reconstruit, par exemple, mais son fonctionnement est exemplaire au point de surprendre les agents EDF pour la régularité de la production.

L'exploitation


Le rêve de tout homme: construire une machine qui travaillerait à sa place.

En fait, une micro-centrale demande une surveillance quotidienne, et des travaux d'entretien.

* Gérard appelle 2 fois par jour sa télésurveillance, 365 jours par an, pour connaitre sa production, et entendre (auditivement) le bruit produit. Par expérience, il sait ainsi déterminer si tout va bien.

* il y a toujours quelque chose à faire: entretien de la conduite, des vannes du captage, du dégrilleur, de la turbine...


L'avenir


Gérard a encore quelques projets pour sa micro-centrale, mais connait actuellement de grosses tracasseries administratives, on lui demande de prouver que sa centrale n'a pas d'impact écologique négatif.
C'est révoltant de voir avec quel acharnement on décourage les producteurs d'énergie renouvelable, alors que les grands producteurs faussent impunément leurs rapports (incidents dans les centrales nucléaires);

Une microcentrale comme celle du Theillet présente très peu d'impact sur la nature: elle est visuellement discrète (fond de ravin, sous les arbres), ne génère ni bruit, ni gaz ou effluents, ni radio-activité, ne noie pas de vallées, ne met personne en danger (Fréjus, Tchernobil); Une passe permet aux poissons de remonter le cours d'eau. Un débit d'eau minimum est assuré dans la rivière sur le tronçon entre captage et centrale.

Bref, incidence écologique très faible, et production locale au plus près des consommateurs. Des micro-centrales comme celle-ci seraient hautement souhaitables, car il existe encore de nombreux sites pouvant en accueillir.

Je me suis demandé dans quel but l'administration décourage t'elle les micro-producteurs. Pour que les grandes sociétés puissent les récupérer à leur compte ? (Gdf-Suez, EDF, ...). D'après Gérard, ces micro-sites n'intéressent pas les géants, pas rentables. Alors acharnement administratif de quelques fonctionnaires anti-écolo ?

La centrale, sa turbine


Turbine et génératrice de la micro-centrale hydroelectrique du Theillet (Creuse)Cette visite était improvisée, aussi je n'ai pas pensé à prendre plus de photo.

La turbine (à droite) et sa génératrice (à gauche). L'eau arrive d'en face, et repart sous nos pieds.

Le tuyau noir en arc amène de l'eau pour refroidir le palier.

Le matériel est ancien, mais le rendement d'un matériel neuf serait très peu supérieur.





Arrivée d eau dans la turbine et vanne papillonLa tuyère d'arrivée d'eau. Le tronçon est conique, et il y a déja une réduction conique à l'extérieur du batiment. Gérard montre l'asservissement hydraulique de la vanne papillon qui permet d'isoler la turbine pour entretien ou sécurité. Les grosses plaques carrés sont un contrepoids forçant la fermeture de la vanne, par exemple en cas de panne hydraulique.

Donc au moment où j'ai pris la photo, la vanne était ... ? C'est pour voir ceux qui suivent. Réponse en fin d'article *.

On aperçoit en bas la pompe hydraulique pour alimentation du vérin.




commande de vanne papillon avec son vérin hydraulique
Détail de la commande de la vanne papillon. Celle-ci ne sert pas à réguler la puissance de la turbine, mais à isoler celle-ci pour travaux, par exemple.











L au entre tangentiellement dans la turbine et ressort au centre
La turbine. L'eau entre tangentiellement, par le tuyau vert et ressort par le centre de la turbine, tuyau rouge, traverse le plancher béton et est rejetée dans la rivière.











Commande des pales de la turbine
Commande des hélices de la turbine. Permet d'ajuster la puissance en fonction du débit de la rivière. Permet aussi un démarrage en douceur.
Les 12 hélices sont montées sur un axe, leur incidence est donc réglable. Ceci permet de les rendre progressivement perpendiculaires au flux de l'eau.
Un capteur de niveau placé 600 mètres plus haut, au captage, permet d'avoir un niveau d'eau constant, et une production d'électricité très stable. Le vérin, en permanence, ajuste l'ouverture des hélices.



Quelques liens


- Le site de la commune
- Le site de l'Etat en Creuse, concernant les barrages et usines hydro-électriques: des mises en demeure et des refus d'autorisation !
- [mail=prefecture@creuse.gouv.fr]Ecrivez au préfet[/mail] pour l'encourager à promouvoir les producteurs d'électricité verte.


* La vanne est fermé, la micro-centrale est à l'arrêt. En effet, nous sommes en période de sècheresse et la rivière est au plus bas.


Discutons de cet article sur le forum En discuter sur le Forum

Article suivant: Installation d'une batterie Frog sur un mini-vélo VAE
Article précedent: Kit Moteur et Vélo 36 volts roue avant 28 pouces

Réagir, poser une questionProposer un articleS'abonner aux articlesConseiller l'article à un ami



Accédez à notre site www.power-e-bike.fr



A propos de cet article
Profil de Cyclurbainfos Article de Cyclurba.
Informaticien de formation, passionné d'Internet, defenseur du vélo moyen de transport urbain Gère Cyclurba depuis 1996.
site web site web

N° Article : 583
Article lu 11417 fois.
Créé le 17-06-2011 à 16h53.
Modifié le 13-08-2012 à 15h49.

modifier cet article Mettre à jour l'article
Cliquez ici pour rediger un nouvel article Redigez un nouvel article
Discutons de cet article sur le forum En discuter sur le Forum
Liens externes
Autres articles du dossier

Tous nos articles Tous les articles