Ecox, le spécialiste du vélo électrique
Dossiers > Vélos électriques

Salon du bourget (véhicule du loisir) 2005

Cherchant depuis longtemps à basculer sur le vélo à assistance électrique (VAE), j'ai profité de la venue d'ISD au salon des véhicules de loisirs qui s'est tenu au Bourget du 24 septembre au 2 octobre 2005 pour aller,  avec ma femme, me faire un idée sur ce type de vélo.

J'espérais un peu repartir  avec un vélo  à un tarif foire, surtout que je suis privé de vélo depuis une collision 15 jours plus tôt avec un scooter ayant déformé le cadre de mon Bitwin,  et je commence à trouver le temps long dans les transports parisiens.

La société ISD est basée en Charentes, se dit spécialiste des vélos à assistance électrique et je la connaissais surtout via son site internet . Après un certain temps passé à étudier le marché du VAE, j'avais l'impression que son offre positionnée dans le moyenne gamme avec une attention à certains détails pourrait peut être me convenir.

Sur le salon, le stand ISD fait tout petit par rapport aux milliers de mètres carrés d'exposition proposant essentiellement des caravanes, des mobil-homes et tous les accessoires qui peuvent agrémenter leur utilisation. C'est un détail peut être, mais les visiteurs étaient ce lundi en très grande partie d'une tranche d'âge supérieure à 50 ans.

Deux commerciaux sur le stand nous ont tout de suite proposé de tester les vélos exposés : City3, 601, 617, 618 et 618 aluminium.
Le city3 comme le 617 ne nous plaisent pas trop car je compte continuer à pédaler et je pense qu'il faut pour cela un minimum de vitesses disponibles.

Essai du ISD 601 (vtt) :

On opte pour le 601 qui donne une impression plus sportive tout en etant assez mastoc du fait de son cadre avec des tubes doublés et qui est doté d'un vrai dérailleur à l'arrière comme sur les plateaux.

Un fois sortis du hangar, la prise en main étonne un peu, il est quand même sacrément lourd et il est difficile de régler la selle pour trouver une position confortable; en fait,  j'aurais eu envie de la reculer.
Ce qui nous impressionne ma femme comme moi, c'est la poussée de l'assistance et la difficulté pour la contrôler si on n'a pas la main sur le frein. Le commercial nous explique que le mieux c'est de couper l'assistance en freinant très légèrement, car le moteur est alors désactivé sans que le patin de frein frotte sur la roue.


Un essai en coupant l'assitance directement sur la batterie nous permet de nous rendre compte que s'il est possible de pédaler, cela est relativement pénible malgré la roue libre du moteur, sans doute du fait de la mauvaise position et du poids du vélo.

Bref l'essai nous paraît peu concluant et j'en ressors très déçu. Je me vois pas utiliser ce vélo sur le plat dans le traffic parisien avec une assistance difficile à juguler sauf à être toujours la main sur le frein. De toutes façons, le poids est vraiment impressionnant, même accus enlevés (accus 13,1kg, vélo nu 26,4kg) et me rendra difficile le stockage de ce vélo sur le balcon après traversé de l'appart.


suite : Essai de l'ISD 618  et des vélos Samuir...


Essai de l'ISD 618 (mini pliant) :

On décide quand même de tester le 618 aluminium, même si j'ai quelque réticences à utiliser un vélo pliant avec mes 90kg bien tassés.

Ce vélo n'a pas tout à fait la même motorisation, c'est un moteur placé sur l'arrière qui entraine la roue via une chaine et un pignon dédiés.

L'assistance nous paraît un poil moins agressive et la facilité de pédalage plus grande malgré un nombre de rapports plus restreint. Il se manoeuvre également plus facilement, sans doute du fait de la taille des roues et d'un poids global plus faible (8kg d'accus, 21kg de vélo sans accus).

L'essai sans assistance sur le plat nous donne également l'impression qu'il se manie mieux. Bref il nous donne un peu plus envie, mais pas tant que ça, car on partait dans l'idée d'être assistés partiellement dans le pédalage, or sur le plat de la zone à coté du salon (ce qui correspond à une grande partie de nos trajets) on a vraiment eu l'impression de bouger les manivelles simplement pour faire plaisir à la législation et de manoeuvrer un scooter, sans avoir véritablement le contrôle de la poignée des gaz.

En discutant avec les commerciaux, j'essaye de savoir s'ils comptent sortir de nouveaux modèles de cadres ou de batteries et j'apprends qu'ils finissent l'étude d'accus lithium-ion (commercialisation début 2006), dont le poids sera trois fois moins grand que la batterie plomb, mais le prix de l'ordre de 500 euros et l'encombrement similaire (capot existant) et qu'aucun nouveau cadre n'est à l'étude.

Samui-loisirs :

Parti dépité du stand ISD, malgré les prix pratiqués, de l'ordre d'une centaine d'euros moins chers que sur le site internet, je jette quand même un oeil sur d'autres stands n'ayant rien à voir avec les vélos et je tombe au détour d'une allée sur le stand de Samui-loisir.

je connaissais cette société essentiellement pour de la location de vélo à assistance électrique via son site internet www.samui-loisirs.fr qui propose d'effectuer un parcours vert en Bourgogne.

Je regarde rapidement leurs modèles exposés (ça va du siège pour handicapés à des vélos pliants Panasonics à 1990euros, ou des scooters électriques) et je m'aperçois qu'ils ont trois modèles, griffés Peerless qui pourraient m'intéresser, proche de l'Easybike que présente le revendeur TO diffusion à Paris (http://www.todiffusion.com) avec des caractéristiques qui ne m'inspiraient pas (50km d'autonomie avec un accumulateur 24V/7Ah et un moteur baptisé intelligent et un prix suprenant de seulement 750euros).

Le commercial nous annonce des performances un peu moindre, 35km avec assistance dans un trajet un peu valloné avec un utilisateur de 80kg.



suite : Essai des vélo à assistance électrique Peerless...

Essai du Peerless Ville 26 pouces :

Le vélo qui m'intéresse, une sorte de VTC à roues de 26 pouces, avec porte- bagage et garde-boues complets, pèse 25kg avec ses accus NiMH 24V/8ah.

'VTC Peerless Samui Loisir 25kg'Surtout, le vendeur nous explique que l'électronique et le moteur sont conçus pour doser l'assistance ce que nous partons dehors vérifier.  Et là beaucoup de plaisir.

Alors que les départs en flèche de l'ISD rendait la conduite du vélo assez aléatoire, surtout en présence de piétons et d'obstacles au sol, le démarrage
est beaucoup plus doux.

Tout en étant largement facilité par l'assistance  et surtout contrôlé, l'arrêt du pédalage signifie directement un arrêt de la poussée du moteur et il n'y a plus cette sensation d'être sur le qui vive avec les freins.

Les freins n'ont d'ailleurs pas de coupe-circuit mais cela ne semble pas utile car l'assistance s'arrête vraiment si l'on cesse de pédaler.

Le vélo est doté d'un compteur à l'avant indiquant le niveau électrique avec phare et klaxon. Le cadre nous a paru toujours un peu petit alors que nous ne sommes pourtant pas très grands non plus (1m73 et 1m65) mais nous a semblé moins génant que le 601.

Couper l'assistance en roulant est assez périlleux car il faut activer la clé sur l'accu ce qui implique de se pencher en arrière pour aller chercher sous la selle. L'autonomie étant relativement limitée (35km annoncés), cela pourrait avoir un intérêt sur du plat, vu que les 6 vitesses à l'arrière semble permettre de monter facilement à 25km/h, vitesse de coupure de l'assistance. Toutefois le plateau fait un peu petit sans être désagréable.

Essai du  Peerless pliant :


On décide de tester également le pliant qui est proposé à un prix interessant (850 euros ou 800 par 2 contre 950 euros pour le non pliant de ville ou 900 euros par 2).

'Vélo pliant Peerless Samui Loisir' L'impression d'assistance est similaire, le vélo est très facile à manier sauf les pédales pliantes qui sont trop molles, je pense qu'il vaut mieux les changer.

Le vélo se plie assez facilement en moins d'une minute et occupe un espace plus restreint bien qu'un peu large. Il peut rouler plié (par exemple pour un transport en train de banlieue en région parisienne).


On ressort de ces tests tout revigorés, je crois bien que si le vendeur en avait eu à nous fournir dans la foulée, on serait repartis avec un des deux modèles. Mais le pliant n'était pas disponible avant l'arrivée de leur conteneur en novembre et le modèle ville un peu plus cher de 100 euros demandait d'attendre qu'ils soient rentrés en Bourgogne ce qui donnait environ 15 jours de délais.

Coté certification homologation, le vendeur n'a pas été très précis, il m'a dit qu'il avait un papier dont j'ai pas bien compris le nom et que de leur coté, ils avaient rodés ce vélo en location depuis plusieurs mois.
Il estime que la location lui permet d'avoir un retour rapide sur la fiabilité des vélos et que c'est pour ça qu'ils ont gardés certains modèles de vélo seulement, d'autres (VAE ou non) tombant trop rapidement en panne.


Enfin je repars tout guilleret, pratiquement certain d'avoir trouvé un vélo qui ne soit pas trop lourd, assez vélo, et surtout un peu en dessous des prix du marchés tout en gardant une finition extérieure assez complète (panier, pare-chaine, porte-bagage). Seule la selle ne plaisait vraiment pas.

'scooter electrique.' Toutefois j'avais également prévu de passer le 30 septembre au salon du 2 roues pour essayer d'y voir d'autres modèles, notamment le Gitane, le Giant et peut être aussi d'autres modèles inconnus.

En sortant je jette un coup d'oeil au modèle VTC   tout suspendu, qui est proposé cependant à un prix un peu plus élevé 1100euros à coté d'un scooter électrique EVT 400 à 2290 euros. Je n'ai pas vu sur le salon du Bourget ni dans la liste des exposants d'autres sociétés proposant des vélos similaires mais je me suis rattrapé au salon du 2 roues, un peu plus complet.


Article suivant: Un éclairage permanent utilisant l'énergie du freinage
Article précedent: Velo electrique et crevaisons: facilité de reparation

Réagir, poser une questionProposer un articleS'abonner aux articlesConseiller l'article à un ami


Transformez votre vélo en vélo électrique !

remise 10% anniversaire moteuretvelo




A propos de cet article
Profil de Erwaninfos Article de Erwan.
il faut penser,<br> avant de consommer,<br> sinon on s'ra mal barrés,<br> et peut être même clamsés.<br>

N° Article : 79
Article lu 9686 fois.
Créé le 06-10-2005 à 00h00.
Modifié le 24-01-2006 à 10h06.

Cliquez ici pour valider cet article Validation * * *

modifier cet article Mettre à jour l'article
Cliquez ici pour rediger un nouvel article Redigez un nouvel article
Liens externes
Autres articles du dossier

Tous nos articles Tous les articles